CARENCES ALIMENTAIRES & SYNDROME INFECTIEUX MULTI-SYSTÉMIQUES

June 12, 2019

Les carences nutritionnelles se produisent lorsqu'une personne n’absorbe pas la quantité suffisante de nutriments nécessaires à l’équilibre alimentaire de son organisme.

 

 

 

 

Les pathogènes responsables de syndromes infectieux multi-systémiques épuisent continuellement nos réserves et perturbent l'assimilation de nos nutriments. Manipuler le système immunitaire de l'hôte afin de provoquer un état inflammatoire représente le meilleur moyen d'assurer leur survie. En effet, l'inflammation décompose les tissus et libère des nutriments qui leur serviront de nourriture. Chaque pathogène a ses préférences :

 

 

  • La Borrelia : le fer, le magnésium, les acides gras, les vitamines du groupe B, les vitamines A et D, le CoQ10, le sélénium, le zinc et le collagène

  • Mycoplasma : les acides gras, le cholestérol, les acides aminés, les acides nucléiques et le glucose

  • Babesia : les précurseurs d'acides nucléiques

  • Bartonella : le fer

 

    La maladie induit de telles perturbations dans le métabolisme du malade que le corps n'arrive très souvent plus a puiser et assimiler correctement les vitamines et minéraux des aliments. Ces nutriments sont pourtant indispensables au bon fonctionnement de très nombreux processus métaboliques : fonctionnement hormonal, contrôle du stress oxydatif, dégradation de certains nutriments, processus enzymatique, production d'énergie, gestion des substances toxiques et réparation des tissus. 

     

    Le problème est donc de deux ordres. D'une part, les symptômes dues aux carences minérales se confondent aisément avec ceux produits par les syndromes infectieux multi-systémiques. D'autre part, ces nutriments jouent un rôle indispensable dans le soutien de l'organisme et donc la lutte contre l'infection. C'est pourquoi les deux doivent être traités simultanément.

     

    Une mauvaise digestion/ absorption des aliments (hypochlorhydrie, perméabilité intestinale, dysbiose intestinale) couplée à une mauvaise alimentation (régimes riches en aliments transformés et pauvres en fruits et légumes frais, ou au contraire régimes en vogue – ex: crudivore/végétalien - souvent trop restrictifs et manquant de vitamine B12, protéines complètes, zinc et vitamine A) sont autant de facteurs à traiter pour combler les carences nutritionnelles.

     

    Certains thérapeutes recommandent de diminuer l'apport en fer, magnésium, acides gras, vitamines B, vitamines A et D, CoQ10, sélénium, zinc et collagène, car ils nourrissent les pathogènes. Cette stratégie ne doit pas être envisagée. Affamer les bactéries en les privant des nutriments essentiels à votre métabolisme ne doit pas être envisagé car les pathogènes se nourrissent en réalité de n'importe quoi et en réalité c'est d'abord vous-même que vous allez affamer. Les carences nutritionnelles peuvent provoquer de graves symptômes et essayer de venir à bout de l'infection d'une telle manière est complètement illusoire et contre productif. Rien de tel qu'un corps fort pour combattre l'infection.

     

    Augmenter l'apport en nutriments présente un autre avantage : celui de chélater naturellement et progressivement les métaux lourds. Le corps fonctionne bien mieux avec des métaux lourds toxiques que sans aucun nutriment. Lorsqu'il est dans un état de déficience nutritive, le corps s'appuiera sur les métaux toxiques pour les remplacer. Le principe est donc de saturer son corps en minéraux, en particulier les minéraux antagonistes des métaux, pour que ceux ci se libèrent peu a peu et soient éliminés. Cette position est partagée par de nombreux thérapeutes et confirmée par l'institut Stelior, spécialiste enfants autistes et hyperactifs, et donc des métaux lourds.

     

    La solution:

     

    Dans un premier temps, se demander si l'intestin est capable de digérer comme il faut les aliments consommés et d'absorber dans le système sanguin les nutriments nécessaires à la prospération de nos cellules ? Si la réponse est négative, commencer par réparer les intestins, l'hyperméabilité intestinale et la muqueuse intestinale. 

     

    Dans un second temps, en parallèle du traitement anti infectieux, adopter un régime-santé qui va soigner le système digestif, nourrir le corps et accompagner le traitement. De manière générale , il est conseillé de supprimer tous les aliments industriels, les « drogues populaires » (alcool, tabac, café, sucre raffiné...) et privilégier une alimentation saine, allégée, la moins raffinée et la plus naturelle possible. Si le régime alimentaire doit toujours être adapté au terrain de chacun, il y a un principe auquel nul ne déroge : l'apport en nutriments par l'alimentation est toujours supérieur à celui fourni par les compléments alimentaires. Les nutriments de synthèse sont moins efficaces car ils n'ont pas la même forme que ceux produits naturellement, c'est-à-dire en présence de toute la famille des composants apparentés. Les vitamines et minéraux se trouvent dans la nourriture de qualité (naturelle, fraiche et bio) ce qui inclus aussi les plantes dites " nutritives " . En cas de fortes carences, une supplémentation ciblée et haut de gamme devrait être recommandée.

     

    Pour vous aider, voici à titre de rappel la liste des nutriments dont votre corps a absolument besoin pour fonctionner de manière optimale.

     

     

     

    Comment déterminer vos propres carences nutritionnelles Soit a travers des examens biologiques, soit a travers l'analyse des symptômes ou de la maladie. Dans tous les cas, la supplémentation devrait se faire sur avis d'un praticien de santé pour éviter les supplémentations erronées et donc inutiles, voire dangereuses. Pour vous aider, voici une liste des principaux signes associés à chaque carence. Mais je tiens à vous mettre en garde. Si cette liste peut aider à déterminer une « carence évidente », elle n'est pas exhaustive et ne devrait en aucun cas constituer votre seule source d'informations pour poser un diagnostic. Le suivi d'un thérapeute formé à ces questions, et les résultats d'un test de médecine fonctionnelle type Igenex (prélèvement urinaire) ou Trace Lab minerals (prélèvement capillaire) devraient compléter la lecture de vos symptômes.

     

    LES MINÉRAUX

     

    Calcium- Les symptômes peuvent inclure un engourdissement ou des picotements dans les doigts, des crampes musculaires, une léthargie et une perte d'appétit. Les symptômes plus graves comprennent la confusion mentale, les malformations du squelette, la dermatite, le développement retardé du nourrisson, l'ostéoporose et le rachitisme.

     

    Magnésium- Anxiété, crampes musculaires, syndrome des jambes sans repos, troubles du sommeil, irritabilité, nausées et vomissements, arythmies cardiaques, hypotension artérielle, odeur corporelle nauséabonde, confusion, transpiration excessive, troubles de la concentration, dépression, serrement musculaire, fréquence urinaire et constipation. Ceci est considéré par certains comme l'un des minéraux les plus importants, mais déficients, parmi les Nord-Américains et les Européens.

     

    Sodium -Les symptômes peuvent inclure des changements mentaux, des maux de tête, des nausées, des vomissements, de la fatigue, de l’hypochlorhydrie, des spasmes musculaires et des convulsions.

     

    Potassium– Les symptômes peuvent inclure une faiblesse générale, la fatigue, des crampes musculaires (pouvant aller jusqu'à l'incapacité de bouger les bras ou les jambes), des picotements ou des engourdissements, des nausées ou des vomissements, des crampes abdominales, des ballonnements, de la constipation et des arythmies cardiaques.

     

    Fer- Les symptômes d'une carence modérée à sévère comprennent : anémie, fatigue générale, faiblesse, pâleur de la peau, essoufflement, étourdissements, étranges fringales pour des produits non alimentaires tels que la saleté ou la glace, picotements ou sensation de fourmillement dans les jambes et gonflement ou douleur dans la langue.

     

    Zinc- Les symptômes comprennent l'acné ou des éruptions cutanées, un intestin poreux, des allergies alimentaires, l'amincissement des cheveux, la diarrhée, une faible immunité et une mauvaise fonction neurologique.

     

    Le Cobalt- Anémie, fatigue, baisse des facultés intellectuelles, lésions nerveuses.

     

    Chlore- Troubles nerveux, épilepsie, tétanie, agitation permanente, fatigue intense, perte des cheveux et/ou des dents, diarrhées, vomissements, transpiration excessive.

     

    LES OLIGO-ÉLÉMENTS

     

    Chrome- Les symptômes peuvent inclure le diabète, l'hypoglycémie, des taux élevés de triglycérides, des envies de sucre ou d'amidon, des taux élevés de cholestérol et une incapacité à gérer le sucre ou l'alcool.

     

    Sélénium- Les symptômes peuvent inclure la perte de cheveux, la décoloration de la peau et des ongles, une faiblesse immunitaire, la fatigue, le brouillard cérébral et l'hypothyroïdie.

     

    Phosphore- Les symptômes peuvent inclure la perte d'appétit, l'anxiété, la douleur osseuse, la fragilité des os, une raideur articulaire, la fatigue, la respiration irrégulière, l'irritabilité, la faiblesse et le changement de poids.

     

    Iode- Les symptômes peuvent inclure l'hypothyroïdie, la constipation, la sensation de lenteur et de fatigue, la perte de poids, la sécheresse des cheveux, la perte de cheveux et la sensibilité au froid.

     

    Cuivre- Anémie, arthrite, infections bactériennes, troubles neurologiques, troubles cardiovasculaires, malignités, goutte, hypertension, troubles émotionnels (troubles maniaques), insomnie, allergies et ostéoporose.

     

    Manganèse- Hyperglycémie, hypoglycémie, métabolisme anormal des glucides et des graisses, anomalies squelettiques, déminéralisation et malformation osseuse, retard de croissance, éruptions cutanées, élévation du calcium sanguin, épilepsie, faiblesse, nausées ou vomissements, vertiges, perte auditive, carence en fer, anémie, cheveux et ongles cassants.

     

    Soufre– Agitation, troubles de la croissance des cheveux et des ongles, toxémie, accélération du vieillissement, apparition de maladies dégénératives, baisse de l’efficacité des défenses anti-oxydantes, mauvaise résistance aux infections.

     

    LES VITAMINES

     

    Vitamine A : dessèchement de la peau, retard de développement, faible croissance. Baisse de la vision, augmentation de la couche cornée (hyperkératose), sécheresse de la conjonctive, résorption intestinale, insuffisance biliaire, cheveux secs, caries.

     

    Vitamine C : fatigue généralisée et baisse d’efficacité, manque d’appétit et perte de poids, baisse du système immunitaire (infections à répétition, rhumes, grippe), défauts de cicatrisation, absorption du fer réduite, accompagnée d’une anémie de fer, manifestations scorbutiques, hémorragies de la peau et des muqueuses (fragilisation des capillaires), hémorragies articulaires et musculaires, accompagnées de douleur et de gonflement de l’articulation, douleur osseuse due à l’épanchement sanguin du périoste (membrane recouvrant les os), hémorragies et inflammation des gencives, déchaussement des dents, hémorragies capillaires et perte de cheveux, troubles de la croissance osseuse chez les enfants.

     

    Vitamine B1 :  perte d’appétit, nausées, faiblesse musculaire, désordres digestifs, douleurs abdominales, constipation, fatigue au moindre effort, irritabilité, dépression, détérioration de la mémoire, manque de concentration, affaiblissement des mollets, sensations de brulures et fourmillements aux orteils et à la plante des pieds.

     

    Vitamine B2 : elle est plutôt observée chez les personnes alcooliques, les femmes enceintes, les personnes âgées ou celles qui ont une alimentation très déséquilibrée, excès de cholestérol LDL, crampes musculaires, problèmes de peau sèche, fatigue, croissance ralentie, fissures et plaies aux lèvres, langue rouge violacée et enflée, fatigue oculaire, maux de gorge.

     

    Vitamine B3 : fourmillements dans les pieds et dans les mains, perte d’appétit, fatigue, maux de tête, vertiges, hyperactivité de la peau exposée au soleil, troubles de l’humeur.

     

    Vitamine B5 : extrêmement rare car très présente dans la plupart des aliments mais peut provoquer : de l’insomnie, des crampes dans les jambes, de la paresthésie des pieds et des mains, de la fatigue, des troubles gastros intestinaux, un état dépressif, des infections respiratoires, de l’hypoglycémie, un déficit du système immunitaire.

     

    Vitamine B6 : lésions cutanées, rougeurs, ulcérations locales, dépression, vertiges, irritabilité, fatigue intense, atteinte des nerfs, abolition des réflexes nombreuses douleurs, troubles de la circulation sanguine, baisse de l’immunité, vomissements, nausées, anorexie.

     

    Vitamine B8 : problèmes de peau, chute des cheveux, conjonctivites, crampes musculaires, ongles fragiles et cassants, acné, problèmes de peau grasse, des douleurs aux pieds associées au diabète.

     

    Vitamine B9 : fatigue physique intense, anorexie, anémie mégaloblastique, troubles du sommeil et de la mémoire, irritabilité constante, dépression et démence, convulsions, retard mental, troubles du comportement, nausées, diarrhées, ulcères et hémorragies au niveau des muqueuses.

     

    Vitamine B12 : anémie, baisse du nombre de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes, diminution de l’hématocrite et du taux d’hémoglobine, Taille accrue des globules rouges.

     

     

    L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site https://www.adam-nour.comne constituent en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils en hygiène naturelle puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la phytologie et de la naturopathie, et destinées uniquement à communiquer et s’informer sur le mieux-être.

    https://www.adam-nour.coms'interdit formellement d’entrer dans une relation de thérapie vis-à-vis des lecteurs.

    Les informations issues du présent article ne constituent pas non plus une recommandation personnelle en naturopathie. Chaque remède en phytologie a plusieurs espèces et propriétés, des formes d'usage distinctes, des dosages à calculer et des contrindications à respecter. Chaque conseil devrait être ajusté au cas par cas par un professionnel qui prend en compte le terrain, l’âge, la morphologie, les sensibilités propres, et le traitement médicamenteux du consultant. Toute mise en application des informations citées dans ce cet article ne devra être faite qu’à la discrétion du lecteur et à ses propres risques.  

    En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

    Les images utilisées dans l’article sont de libres de droits. Si par erreur, l'une d'entre elles ne respecte pas les droits d'auteurs, je vous invite à me contacter directement par email afin que je puisse faire le nécessaire.

    Les droits de propriété intellectuelle de cet article appartiennent à son auteur. La reproduction de cet article est totalement interdite sans la permission écrite de son propriétaire. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Share on Facebook
    Share on Twitter
    Please reload

    #1 

    I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

     

    #2

    I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

     

    #3

    I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

    SOPHIE'S
    COOKING TIPS