LE RÔLE DU NATUROPATHE DANS L’ACCCOMPAGNEMENT DES PROBLÉMATIQUES COMPLEXES ET MULTIFACTORIELLES



Les problématiques chroniques de santé sont de nos jours souvent complexes et multifactorielles. Elles mêlent de nombreuses infections froides, des toxines, des troubles du métabolisme, des carences/dommages/déficiences diverses et variées et une faiblesse immunitaire.


On retrouve parmi ces causes 4 grandes catégories :


✖️ LES INFECTIONS FROIDES

➡️ Les maladies vectorielles à tiques : borrelia, bartonella, babesia, ehrlichia, rickettsia, rocky mountain spotted fever, etc. ➡️ Les virus : Mononucléose (EBV), Zona (herpès zoster), Cytomégalovirus, HSV (1 et 2), HHV (6 7 et 8), rétrovirus, coxsackie. ➡️ Les parasites ➡️ Les infections froides (streptocoques, staphylocoques) enkystées dans la sphère ORL (sinus, muqueuse nasale) – on appelle cela les « Marcon’s » ➡️ Les infections dentaires asymptomatiques et les cavitations NICO (infections de l’os de la mâchoire).

➡️ Les infections asymptomatiques à streptocoques au niveau des amygdales - on appelle cela le PANDA’s (« Pediatric Autoimmune Neuropsychiatric Disorders Associated with Streptococcal infections »).

✖️ LES POLLUANTS ENVIRONNEMENTAUX

Les xénobiotiques sont partout (dans l’eau, la nourriture, l’air, les ustensiles de cuisine, les produits cosmétiques et ménagers, les meubles, les tapis, les produits d’entretien, les vêtements, les vaccins, les médicaments chimiques etc). Leur accumulation progressive surcharge et encrasse les émonctoires, nourrit les infections froides et perturbe le métabolisme, les organes et les différents systèmes du corps (principalement le système hormonal, immunitaire, nerveux, digestif, lymphatique et circulatoire). Parmi les toxiques environnementaux, on retrouve :

➡️ Les métaux lourds : mercure, aluminium, plomb, arsenic, cadmium, antimoine, argent, baryum, béryllium, bismuth, étain, nickel, platine, thallium ➡️ Les pesticides : herbicides, fongicides, insecticides

➡️ Les additifs alimentaires : édulcorants, colorants, émulsifiants, stabilisant, agents gélifiants ou épaississants, conservateurs, exhausteurs de goût, arômes naturels. ➡️ Les perturbateurs endocriniens ➡️ Les nano particules ➡️ Les moisissures ➡️ Les molécules chimiques en tout genre. Les autres « toxines » qui participent ou provoquent la maladie sont : ➡️ La pollution électromagnétique : ondes électromagnétiques de basse et de haute fréquence. ➡️ La présence de corps étrangers dans le corps (par exemple couronnes dentaires, implants, etc).


✖️ L’ALIMENTATION NON PHYSIOLOGIQUE ET LES TROUBLES DIGESTIFS ➡️ La nourriture inflammatoire : la nourriture industrielle, le gluten, les huiles hydrogénées, le sucre raffiné. ➡️ Les sensibilités/allergies alimentaires : Les groupes d'aliments généralement impliqués sont les céréales et les produits dérivés (pain, pâtes, pizza, biscuits, etc), les produits laitiers (certains plus que d'autres), les légumes de la famille des solanacées (poivron, piment, aubergine, tomate, pomme de terre), les légumineuses et les œufs (surtout le blanc). ➡️ Les carences nutritionnelles : • Vitamines liposolubles : A D E K • Vitamines hydrosolubles : B1 B2 B3 B5 B6 B8 B9 B12 C • Minéraux : Sodium, Potassium, Magnésium, Calcium, Molybdène, Fer, Cobalt, Zinc, Phosphore • Oligo-éléments : Sélénium, Iode, Fluor, Cuivre, Chrome, Manganèse, Soufre • Acides Aminés non essentiels: Arginine, Acide aspartique, Cystéine, Acide glutamique, Glutamine, Glycine, Ornithine, Proline, Sérine, Taurine, Tyrosine, • Acides aminés essentiels : Isoleucine, Leucine, Lysine, Méthionine, Phénylalanine, Thréonine, Tryptophane, Valine, Histidine. ➡️ Le déséquilibre du microbiote : dysbiose intestinale, levures, candidose chronique, SIBO (pullulation bactérienne dans le grêle), parasites intestinaux, reliés à l’hyposécrétion des liquides digestifs, l’hypochlorhydrie et l’hyperperméabilité intestinale (conséquences et/ou causes ). ➡️ Le déséquilibre acido-basique : le PH doit se situer entre 7.38 et 7.42


✖️ LES AUTRES FACTEURS À INVESTIGUER ➡️ Le stress chronique ➡️ L’inactivité / le manque d’activité physique ou au contraire le manque de repos et de sommeil

➡️ La déshydratation ➡️ Les problèmes structurels de l’appareil locomoteur : mauvais alignement de la colonne vertébrale, déplacement de l’os/vertèbres, mauvaise posture, etc ➡️ Les événements traumatiques (physique, psychologique, émotionnel)

➡️ Les blocages énergétiques

➡️ Les prédispositions génétiques


I/ Pour accompagner avec succès son consultant, le naturopathe va d’abord mener une investigation complète.


Il va déterminer les causes principales de la problématique du consultant via une étude approfondie de sa situation personnelle. Cette étude est rendue possible grâce au questionnaire à remplir avant la consultation et grâce à la consultation en elle-même (qui est l’occasion d’aller plus loin dans l’analyse). Ces étapes fournissent au naturopathe toutes les informations nécessaires à l’établissement du protocole.



Le naturopathe n’utilise qu’accessoirement les résultats des tests en laboratoires qui donnent souvent une image tronquée, voire erronée de l’état de santé du consultant. Dans le cas de syndromes inflammatoires chroniques, avec une charge toxique élevée et une composante multi infectieuse accompagnée d’un terrain affaibli et d’un environnement propice à la maladie, l’intérêt des sérologies classiques est très limité. Si ces tests peuvent parfois apporter des éléments de réponse ou des précisions, ils ne peuvent en aucun cas donner une image globale et véritablement représentative de la situation du consultant. Car tout ne se voit pas dans le sang ou à l’imagerie et certains tests ne sont pas fiables en raison de normes statistiques inadaptées, d’une mauvaise conception ou simplement en raison de la nature des agents pathogènes co-responsables des symptômes (puisque certaines souches/espèces ne sont pas testées, voire encore méconnues, et que certains agents pathogènes colonisent les tissus et les cellules, échappent au système immunitaire, et transitent uniquement par le sang, rendant de facto les sérologies inefficaces). C’est pour toutes ces raisons que tant de personnes malades, en proie à des douleurs chroniques, et/ou avec très peu d’énergie, ont des résultats sanguins étonnamment parfaits. Ils entendront alors que tout est dans leur tête !


Par contre, en analysant l’histoire du consultant, son hygiène de vie actuelle et passée, ses antécédents familiaux, son alimentation et en décryptant ses symptômes (qui donnent de fortes indications sur les pathogènes en présence), le naturopathe sera à même de procéder à une véritable investigation et reconstituer le puzzle des déséquilibres, causes, et facteurs aggravants qui contribuent à l’état de santé actuel de son consultant. Voici les données qui m’intéressent et les questions que je pose le plus dans ma pratique pour construire et individualiser chaque protocole naturopathique :

  • Son sexe et son âge

  • Sa taille et son poids

  • Ses activités physiques (activité sportive nulle, modérée, intense ? Type d’exercices etc)

  • Son état de santé (diagnostiques reçus, étude de l’anamnèse, la nature des symptômes, leur intensité, leur fréquence, les circonstances entourant l’apparition des symptômes – très important ! – apparition suite à un vaccin ? suite à des travaux dentaires ? à une exposition à une toxine (type peinture fraiche, monoxyde de carbone), à l’installation d’un compteur Linky ? à la prise d’un médicament controversé (type fluoroquinolones) ? piqure d’insecte ? voyage à l’étranger ? etc )

  • Sa morphologie (ectomorphe, endomorphe, mésomorphe ?)

  • Ses prédispositions génétiques (quels antécédents familiaux ?) afin d’évaluer les faiblesses génétiques

  • Son état physiologique (la croissance, la grossesse, l’allaitement, la ménopause ?)

  • Ses habitudes alimentaires (type d’alimentation, régime, croyances, ou considération éthiques particulières, combinaisons alimentaires, conditions entourant le repas, mastication ?)

  • Son lieu de vie (appartement ou maison ? Région chaude ? Altitude ? Proche de la mer ? Proche d’une antenne relai ? Proche d’un aéroport ? chambre à coucher proche d’un compteur d’un compteur électrique ?)

  • Son hygiène de vie (consommation d’alcool, de tabac, de médicaments, qualité et nombre d’heures de sommeil ? qualité de l’eau, de l’air et de la nourriture ?)

  • Sa santé buccale (caries, amalgames, dents dévitalisées ?)

  • La qualité de ses selles (Fréquence, consistance, couleur ?)

  • L’état de sa digestion (gaz, ballonnements, inflammations, brulures, rots, fatigue, réveil entre 1 et 3 h du matin, fatigue après le repas ? prise IPP ? Pilule contraceptive ? Présence d’adhérences suite à une opération abdominale ? Historique d’infections aiguës au niveau digestif ? Naissance par césarienne ou voie basse ? Questions relatives à l’allaitement ?)

  • Urine (fréquence, couleur, ancienne infection urinaire ?)

  • Son niveau d’exposition aux toxines environnementales actuel et passé (contact présent ou passé avec des moisissures, niveau de pollution électromagnétique, utilisation de produits cosmétiques et ménagers chimiques, d’ustensiles de cuisine riches en métaux lourds ?)

  • Ses carences nutritionnelles (signes de carences en vitamines, minéraux, oligoéléments, acides aminés ? résultats croisées sérologies, biorésonance, test capillaire ? Signes de déminéralisation/acidose : qualité de la peau, des dents, des cheveux et des ongles ?)

  • Ses allergies, sensibilités, intolérances (réactions aux produits laitiers, aux légumineuses, aux œufs, au gluten, aux solanacées, aux aliments riches en oxalates, lectines, phytates, histamine, soufre ?)

  • Son terrain énergétique (chaud, froid, sec, humide ?)

  • Son environnement psychique (niveau de stress, relations sociale et familiale, environnement professionnel ?)

  • Sa charge toxique (état des voies de détoxination, signes typiques de surcharge hépatique, signes typique de surcharge rénale, état de la peau, exposition passée à des toxines, profession actuelle et passée, profession de ses parents afin d’avoir une idée de leur charge toxique transmissible, amalgames dentaires présents ou passés, vaccins reçus)


Dans certains cas, il peut arriver que le naturopaths adresse son consultant vers des tests poussés dans des laboratoires privés, spécialisés et ouverts au public (tels que les tests capillaires métaux lourds chez MicroTrace Lab, ou certains laboratoires spécialisées dans l’analyse des selles) mais cela intervient souvent en second lieu pour apporter des précisions.


En analysant tous ces éléments, le naturopathe sera à même de reconstituer le puzzle des déséquilibres, causes, et facteurs aggravants du problème de santé de son consultant. La synthèse de cette investigation lui permettra de personnaliser au maximum le protocole. Car chaque cas est différent. Ce travail d’analyse et de personnalisation requiert un regard extérieur avisé et expérimenté, du temps, de la lucidité et un bon esprit de synthèse.





II/ La deuxième étape sera de mettre en place un protocole sur mesure qui soit à la fois strategique et méthodique. Le naturopathe va travailler couche par couche, pour éliminer chaque cause progressivement, étapes par étapes, selon un ordre logique, efficace et « faisable » pour le consultant. Cet ordre est très variable. Pour simplifier le protocole et sa mise en application (cout financier, nombre de plantes à ingurgiter, nombre de changements à effectuer, capacités physiques du consultat etc), le naturopathe devra :

  • prioriser :par quoi est-il important de commencer ? Les changements alimentaires ? La détoxification de l’habitat ? L’ouverture et le drainage des émonctoires ? L’élimination d’un facteur aggravant ?)

  • Et choisir des conseils (en herboristerie, phytologie, techniques naturopathiques, etc) qui couvrent plusieurs problématiques du consultant à la fois.

Je donne deux exemples simples et parlant :


  • En cas de multi-infections anciennes et très installées, le naturopathe commencera par un travail de détoxification et de renfoncement du métabolisme pour d’abord remonter le terrain du consultant. Ce n’est qu’en second lieu qu’il entamera le travail de lutte contre les infections, selon un ordre méthodique afin d’éviter au maximum les réactions adverses. Le cas est simplifié mais vous saisissez l’idée.


  • Si une personne présente une dysbiose avec prolifération fongique et installation parasitaire, une hyperperméabilité intestinale et qu’elle bouge peu en raison de son état de santé, la calendule est très appropriée car c’est une plante à la fois émolliente, astringente, lymphatique et antimicrobienne à large spectre. C’est une plante douce donc intéressante en début de protocole si la personne est très malade.


En considérant les résultats de l’investigation, le terrain énergétique du consultant (froid, chaud, sec, humide ?), et les possibles contre-indications avec les traitements médicamenteux pris en parallèle, le naturopathe va alors dresser un protocole complet en faisant les bonnes synergies, en déterminant les bons dosages et les bons moments de prise, et en renvoyant vers les bons fournisseurs.

L’accompagnement se fait ensuite par étapes. Le naturopathe guide peu à peu le consultant pour un retour vers l’homéostasie et la santé, en fonction des étapes à suivre dans son cas et des difficultés qu’il rencontre.


Chaque parcours est unique en fonction des points à travailler, des causes sous – jacentes et du degré d’investissement et de motivation du consultant.


Telle est la méthodologie que j'ai mise au point et que j'applique pour accompagner avec succès les personnes touchées par un syndrome infectieux multi-systémique. Si vous souhaitez vous former à ma méthodologie complète, vous pouvez rejoindre la formation LymeCoaching en cliquant ici.



L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site https://www.adam-nour.com ne constituent en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils en hygiène naturelle puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la phytologie et de la naturopathie, et destinées uniquement à communiquer et s’informer sur le mieux-être. Le présent article ne correspond qu'à l'opinion personnel de son auteur.

https://www.adam-nour.com s'interdit formellement d’entrer dans une relation de thérapie vis-à-vis des lecteurs.

Les informations issues du présent article ne constituent pas non plus une recommandation personnelle en naturopathie. Chaque remède en phytologie a plusieurs espèces et propriétés, des formes d'usage distinctes, des dosages à calculer et des contrindications à respecter. Chaque conseil devrait être ajusté au cas par cas par un professionnel qui prend en compte le terrain, l’âge, la morphologie, les sensibilités propres, et le traitement médicamenteux du consultant. Toute mise en application des informations citées dans ce cet article ne devra être faite qu’à la discrétion du lecteur et à ses propres risques.

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

Les images utilisées dans l’article sont de libres de droits. Si par erreur, l'une d'entre elles ne respecte pas les droits d'auteurs, je vous invite à me contacter directement par email afin que je puisse faire le nécessaire.

Les droits de propriété intellectuelle de cet article appartiennent à son auteur. La reproduction de cet article est totalement interdite sans la permission écrite de son propriétaire.

SOPHIE'S
COOKING TIPS

#1 

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#2

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#3

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.