COMMENT RÉÉQUILIBRER NATURELLEMENT VOTRE SYSTÈME IMMUNITAIRE EN CAS DE TROUBLES AUTO-IMMUNITAIRES

April 12, 2019

 

 

 

« Le système immunitaire travaille en trois temps : tout d'abord les pathogènes sont détectés, puis les anticorps dit "encercleurs" se lient avec les bactéries : ils les encerclent pour les retenir prisonnières, créant le "complexe anticorps-antigènes". Dans un troisième temps interviennent les anticorps "mangeurs-destructeurs" ou macrophages, qui vont donc détruire les bactéries pathogènes, libérant ainsi les anticorps "encercleurs". Cependant, dans le cas de la borréliose de Lyme, cette troisième étape ne se fait pas ou se fait mal (le système immunitaire étant trompé et attaqué). Les "encercleurs" restent donc liés aux bactéries, et les complexes anticorps-antigènes se baladent dans le corps, occasionnant de nombreux problèmes comme une inflammation des capillaires veineux, et des réactions auto-immunes[1] ».

 

En réalité, il est désormais admis que dans le cadre de la borréliose de Lyme, 90 % des symptômes sont le fait de notre réponse immunitaire face à la bactérie, et non pas l’activité de la bactérie elle-même. Les plus grands spécialistes de la maladie expliquent que certains patients voient leur immunité s'effondrer alors que d'autres développent une immunité cellulaire sur-stimulée ou hyper-activée, provoquant une cascade auto-immune pouvant évoluer jusqu'aux maladies auto-immunes invalidantes. Pourquoi ? Car Lyme produit une immunodéficience sur un terrain déjà bien affaibli.Une immunodéficience crée des maladies auto-immunes, dans lesquelles le système immunitaire s’attaque à nos propres cellules, tissus et organes.

 

Les voies de la fonction immunitaire peuvent être définies par les types de lymphocytes (globules blancs) et les messagers chimiques (cytokine) qui sont utilisés pour diriger les fonctions immunitaires. Les lymphocytes T (provenant du thymus) sont importants pour l'immunité à médiation cellulaire (neutralisation directe des menaces par les globules blancs). Les neutrophiles et les cellules tueuses naturelles (cellules NK) sont une partie importante de l'immunité à médiation cellulaire. Les lymphocytes B (provenant de la moelle osseuse) produisent des anticorps contre les menaces. Les lymphocytes spécialisés, appelés lymphocytes T auxiliaires (TH1) dirigent la réponse immunitaire en sécrétant des cytokines. 

 

Bien qu'il y ait une variété de différents sous-ensembles de T auxiliaires, pour les maladies chroniques associées aux microbes furtifs, les TH1 et TH2 sont les plus importants :

 

  • Voie TH1: elle est associée à l'activation cellulaire des cellules NK et à la conversion des IgM en réponse prolongée aux IgG contre les pathogènes intracellulaires. Les cytokines primaires sont l'IL-12, l'IFN-gamma et le TNF-alpha.

  • Voie TH2: elle est associée à l'immunité à médiation anticorps et aux parasites extracellulaires. Une réponse th2 polarisée est associée à l'asthme, aux allergies et à certains types de maladies auto-immunes. Les cytokines sont IL-4, IL-5, IL-6, IL-10 et IL-13.

 

Dans les stades précoces de la maladie de Lyme (ou d'une infection par un microbe furtif intracellulaire), le système immunitaire montre une réponse agressive. Les pathogènes furtifs régulent à la hausse l'IL-10 pour supprimer la réponse TH1 et la déplacer vers la réponse TH2. Induire une réponse immunitaire TH2 permet aux pathogènes de maintenir une infection chronique de bas grade. Cela prend des mois, voire des années. 

C’est pour toutes ces raisons que de nombreux patients ont besoin de réguler leur système immunitaire et non pas de le stimuler. Cette distinction est primordiale. En herboristerie, l’un des premiers enseignements consiste à différencier une situation de vide d’une situation de stagnation. La première nécessite une plante dites tonique c’est-à-dire une plante indiquée en cas de trouble chronique, qui agit sur la forme et dont l’action est cumulative et régénératrice. Une situation de stagnation est corrigée par une plante dîtes stimulante c’est-à-dire une plante indiquée en cas de pathologie aigue et temporaire, qui agit sur la fonction et dont l’action est immédiate. La règle de base est de ne jamais stimuler un organe ou un système épuisé sous peine d’aggraver la problématique. Il faut d’abord restaurer puis stimuler. En cas d’immunité épuisée et/ou d’auto-immunité, il faut donc d’abord commencer par restaurer l’immunité, puis éventuellement la stimuler au besoin. Il existe plusieurs méthodes employées à cet effet :

 

  • Les champignons adaptogènes tels que le Shiitaké [2][3], le Maitake, le Coriolus, le Chaga et le Reishi.

 

  • Certaines plantes adaptogènes dont le Basilic sacré et l’Aschwagandha qui sont les seules adaptogènes calmantes. 

 

  • Le produit « Samento » du laboratoire Nutramedix conçu spécifiquement pour ne pas provoquer de réactions auto-immunes. Ses propriétés sont attribuées aux alcaloïdes oxindoles pentacycliques (POA) qui se trouvent dans la plante, et qui agissent sur le système immunitaire en le modulant. Il ne contient pas les alcaloïdes tétracycliques (TOA oxindole) que l’on trouve dans la griffe du chat traditionnelle et qui peuvent perturber la fonction du système nerveux et inhiber fortement les effets de la POA. Il n’y a donc aucun risque en cas de réactions auto immunitaires. Des études sur l’effet anti-inflammatoire menées à l’université de Guayaquil en Équateur ont montré que le Samento de Nutramedix inhibe les inflammations de 83,8 %.

 

  • Réparer l’hyperperméabilité intestinale : certaines molécules comme par exemple la glyadine du gluten ou les caséines des produits laitiers sont très similaires dans leur structure de celles des cellules du corps humain. Donc si ces molécules passent la barrière intestinale, elles circulent librement dans notre sang. Le système immunitaire va les reconnaître comme molécules étrangères, mais va par la même occasion les confondre avec nos propres cellules, dû à leur similarité, et commencer à tenter d'éliminer également les cellules qui nous composent. 

 

  • Certaines vitamines aux propriétés immuno-modulatrices : La vitamine D intervient dans l’immunité en régulant la synthèse d’interleukines et de cytokines et l’expression de la cathélicidine (LL-37). Elle intervient ainsi dans la prévention des grandes maladies dites auto-immunes : diabète de type 1, sclérose en plaques, polyarthrite rhumatoïde, eczéma atopique, psoriasis, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique et le sida. Selon les études, les risques de ces maladies auto-immunes sont accrus chez les personnes carencées en vitamine D, vivant dans des pays peu ensoleillés ou inversement moindres chez les personnes supplémentées en cette vitamine. D’autres vitamines comme la vitamine A et E démontrent une activité immuno-modulatrice. L’acide rétinoïque, précurseur de la vitamine A, régule en effet la production et la fonction des lymphocytes T.

 

  • Les probiotiques à base de spores : Les probiotiques à base de spores sont essentiellement constitués par la paroi cellulaire des spores du bacille. On leur reconnaît des propriétés immuno-modulatrices car ils aident à réparer la barrière intestinale et car ils communiquent avec notre système immunitaire et lui fournissent l’instruction nécessaire pour augmenter la tolérance et l’absorption des nutriments que nous ingérons. « Les spores de bacille améliorent considérablement notre tolérance immunitaire face aux pathogènes, aux aliments, aux ondes électromagnétiques et aux toxines environnementales. Nous avons très peu d'outils pour augmenter de manière prédictive la tolérance immunitaire chez un patient et les spores sont actuellement notre meilleur outil.  La pratique clinique et les recherches montrent une efficacité redoutable. La recherche montre que le bacile[4]augmente les immunoglobulines A (IgA), une immunoglobuline protectrice dans l'intestin. Le bacile a un effet fantastique en augmentant réellement l'immunité innée, l'immunité à base de Th1, l'immunité à médiation cellulaire. La problématique commune des gens très allergiques et intolérants à l'environnement est fortement liée à une régulation à la hausse du changement Th2. Le système immunitaire adaptatif est généralement activé au prix du système immunitaire à médiation cellulaire. Les vaccins jouent un rôle important dans ce processus. Une étude récente montre que les enfants vaccinés ont 14 fois plus d'incidence de troubles graves du développement et d'allergies. L’avantage du bacille est qu'il inverse cela. Il déplace le Th1 qui est supprimé par les vaccins dans son point d'équilibre. Nous avons observé - dans la communauté des enfants autistes - des avancées fantastiques. Certains dommages causés iatrogéniquement sont inversés en prenant simplement ce produit à des quantités infimes » affirme le docteur Klinghardt.

 

  • La « Low dose immunotherapy » (LDI) : C’est une solution buvable qui combine des antigènes spécifiques (des bactéries, des toxines ou d’autres substances étrangères qui induisent une réponse immunitaire dans le corps) avec une enzyme appelée bêta-glucuronidase. Cette enzyme attire les cellules T, qui sont des globules blancs spécialisés impliqués dans la réponse immunitaire, et recentre l’activité des cellules T sur les antigènes inclus avec l'enzyme. L'enzyme provoque ensuite la régulation négative ou la désensibilisation de la partie du système immunitaire qui réagit de manière excessive aux antigènes inclus. Prenons le cas d’un malade de Lyme dominant TH2. Si la partie TH2 du système immunitaire suractivée est réduite, l'immunité TH1 déprimée devrait être renforcée pour détruire les infections intracellulaires. Ainsi, disons par exemple que la dose LDI du patient incluait des antigènes à la bactérie Lyme. En combinant l'enzyme bêta-glucuronidase avec les antigènes de Lyme, la LDI diminuerait le système immunitaire TH2 anormalement activé, tout en permettant au TH1 de prendre le dessus et d'attaquer efficacement les spirochètes présents dans les cellules.

 

  • Rééquilibrer la réponse immunitaire déséquilibrée TH1/TH2 en stimulant le côté déprimé [5][6][7] : Les maladies auto-immunes organiques, la maladie de Crohn, l’arthrite poly-rhumatoïde, le psoriasis, le diabète de type I, la sclérose en plaques et la maladie d’Hashimoto tendent à élever la réponse immunitaire TH1 tandis que les maladies auto-immunes systémiques, le lupus, la dermatite, l’eczéma, les cancers, les colites, les ulcères, les infections virales et parasitaires, l'asthme et les sensibilités chimiques tendent à élever la réponse immunitaire TH2. Voici une liste non exhaustive de remèdes naturels stimulants l’un ou l’autre côté de la réponse immunitaire. Cette liste fut dressée par Kevin Conners dans son livre « Beating Chronic Lyme : New ideas to conquer an enigma that has left so many wounded » et pourrait vous être d’une grande aide en cas de réactions auto-immunitaires démesurées : 

 

  • Stimulants TH1: l’Astragale, l’Échinacée, l’ail, la Griffe du chat, la Réglisse, la Mélisse, la Chlorella, l’extrait de pépin de pamplemousse, le Maitake, et l’Hydraste ;

  • Stimulants TH2: la caféine, l’extrait de pépins de raisin, l’écorce de pin, l’écorce de Saule blanc, le lycopène, le resvératrol, le pycnogenol, la curcumine, le quercitine, la genistine

 

 

En testant certains remèdes avec précaution, de façon isolée et accompagné de votre naturopathe, vous pourrez déterminer si vous avez ce déséquilibre de la réponse immunitaire et si vous êtes dominant TH1 ou dominant TH2. Les malades de Lyme en phase 1 et 2 sont souvent dominants TH1 et les malades chroniques de Lyme sont souvent dominants TH2. Si vous observez une réaction inflammatoire aiguë avec plusieurs remèdes du même groupe, cela signifie probablement que vous avez non pas une réaction Herxheimer mais une réaction auto-immune dommageable pour l'organisme. Dans ce cas, il faut stopper le remède et intégrer des remèdes de la liste opposée. Bien sûr chaque cas est différent et ces informations ne devraient pas être prises à la lettre. Faites votre propre expérience, il se peut que vous réagissiez à certains remèdes d'une liste sans pour autant réagir à tous. Personnellement j’ai réagi de manière extrêmement violente à l’astragale, à la limite du choc anaphylactique, alors que j’avais très bien toléré la mélisse, l’échinacée, l’ail, la Griffe du chat et la Réglisse. Mais j’ai déjà observé des réactions négatives avec l’échinacée chez certains de mes clients atteints d’une condition auto-immune. Selon le médecin Bill Rawls, la cause serait que l’astragale et l’échinacée stimulent la réponse immunitaire TH1 de manière plus agressive que les autres remèdes de la liste. Je vous invite donc à la plus grande prudence si vous utilisez ces deux plantes.

 

N'hésitez pas à partager ! 

 

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site https://www.adam-nour.com ne constitue en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle.  Il s’agit de conseils en hygiène vitale exprimés dans un contexte général et puisés dans la littérature de la Phytologie et de la Naturopathie, et destinées uniquement à communiquer et s’informer sur le mieux-être. https://www.adam-nour.com s'interdit formellement d’entrer dans une relation de médecin de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs.

Les informations issues du présent article ne constituent pas non plus une recommandation personnelle en naturopathie. Chaque remède en phytologie a plusieurs espèces et propriétés, des formes d'usage distinctes, des dosages à calculer et des contrindications à respecter. Chaque conseil en Naturopathie devrait être ajusté au cas par cas par un professionnel qui prend en compte le terrain, l’âge, la morphologie, les sensibilités propres, et le traitement médicamenteux du consultant. Toute mise en application des informations citées dans ce cet article ne devra être faite qu’à la discrétion du lecteur et à ses propres risques. L'auteur se dégage de toute responsabilité concernant l'évolution de l'état de santé

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

Les images utilisées dans l’article sont de libres de droits. Si par erreur, l'une d'entre elles ne respecte pas les droits d'auteurs, je vous invite à me contacter directement par email afin que je puisse faire le nécessaire : contact@adam-nour.com

Les droits de propriété intellectuelle de cet article appartiennent à son auteur. La reproduction de cet article est totalement interdite sans la permission écrite de son propriétaire. 

 

 

[1 ] www.lyme-sante-verite.fr/#Maladie_de_Lyme_les_serologies.W

 

[2] Yin G, Yu J, Li D. [Immune modulatory and therapeutic effect of lentinan on condyloma acuminatum][Article en chinois, résumé en anglais]. Zhongguo Zhong Xi Yi Jie He Za Zhi. 1998 Nov; 18(11) : 665-7.

 

[3] Gordon M, Bihari B, et al. À. J Med. 1998;29(5-6):305-30.

 

[4] Un bacille est une bactérie de forme allongée dite « en bâtonnet », par opposition à la forme cocci.

 

[5] Akis M, Verhagen J, Taylor A, et al. Immune responses in healthy and allergic individuals are characterized by a fine balance between allergen specific T regulatory 1 and T helper 2 cells. J Exp Med 2004;199:1567-75.

 

[6] Rook GA, Brunet LR. Old friends for breakfast. Clin Exp Allergy 2005;35:841-2.

 

[7] Kidd P, “Th1/Th2 Balance: The Hypothesis, its Limitations, and Implications for Health and Disease”, Alternative Medicine Review Vol. 8, Number 3 2003 (pp.223-246).

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

#1 

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#2

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#3

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

SOPHIE'S
COOKING TIPS