CHRONICITÉ N'EST PAS FATALITÉ

March 27, 2019

"Je ne guérirai jamais", " On me dit que ma maladie est incurable", "Je suis malade depuis tellement d'années que je doute pouvoir en guérir un jour", "Mes prédispositions génétiques causent ma maladie", "Mon système immunitaire est défaillant et se retourne contre moi-même" "Je suis un cas désespéré " "Je ne peux rien faire pour aller mieux" "J'e n'y crois plus" sont autant de pensées limitantes qui ne vous permettront jamais de vous responsabiliser, de vous prendre en mains et d'améliorer votre qualité de vie. Car la vérité est que les choses sont plus complexes et nuancées que ce que vous pouvez croire et que rien n'est jamais statique ni acquis. La vie n'est que mouvement.  

 

En réalité, les maladies sont souvent le fait d'une interaction entre une palette génétique (comprenant entre 50 et 100 gènes) et notre environnement immédiat. Dans tous les cas, que la maladie soit déclarée ou non, à un stade avancé ou précoce, le corps est doué d'une incroyable capacité de régénération, d'auto-régulation et de résilience.

 

 

PREDISPOSITIONS GENETIQUES ET EPIGENETIQUE

 

Une prédisposition génétique se définit comme la configuration génétique d'un organisme qui le rend vulnérable à un problème de santé. Certaines personnes ont des prédispositions génétiques à développer un syndrome infectieux multi-systémiques, ou toute maladies auto-immunes associées. Tandis que d'autres ont des prédispositions à développer un cancer, ou tout autre problème de santé. Et c'est ce qui explique partiellement pourquoi certaines personnes demeurent porteurs sains alors qu'elles travaillent en forêt et donc au contact quotidien des tiques, tandis que d'autres tombent dramatiquement malades à la suite d'une seule piqûre.

 

Les faiblesses héréditaires ou faiblesses de terrain expliquent également les différentes formes de borrelioses car les bactéries vont plus facilement s'attaquer coloniser, endommager et perturber les organes et les systèmes les plus vulnérables de la personne. Par exemple, une neuro-borréliose a plus de chance d'apparaître chez une personne hypersensible, ou qui a des antécédents de migraines ou toute forme de sensibilité au niveau du système nerveux. Ceux qui ont des faiblesses préexistantes au niveau des articulations ou des antécédents d'arthrose auront en revanche une probabilité plus élevée de développer une arthrite de lyme.

 

Toutefois, il n'est pas question de tomber dans la fatalité, car si les prédispositions génétiques ont leur part de responsabilité dans la probabilité de développer une pathologie, c'est l'épigénétique, c'est à dire la modification de l’expression de vos gènes en fonction de votre environnement direct, qui en déterminera la survenance et le degré de développement. Explications. Nos gènes constituent seulement 2% de notre ADN. On appelle cela l’ADN codant. C’est lui qui est responsable de la personne que nous sommes. Les 98% d’ADN restant sont quant à eux directement responsables de l’expression de nos gènes (les 2% codant) et leur activité est directement influencée par notre environnement, notre mode de vie et nos habitudes. L'alimentation, le niveau de toxicité général, la charge infectieuse, le rythme de vie (sommeil, rythme / régularité, équilibre repos / activité, respiration, oxygénation), le niveau de stress (physique et psychologique), l'environnement social et l'état d'esprit de la personne déterminent donc généralement l'expression de ses prédispositions génétiques, et donc son état de santé. Les études scientifiques suggèrent que 75% à 90% des maladies modernes chroniques sont en réalité déterminées par l'environnement de la personne.

 

Ces données nous invitent à réfléchir sur le fait que nous avons plus de pouvoir sur notre santé que nous le pensons. Le but n'étant pas de culpabiliser le souffrant mais au contraire de lui redonner une responsabilité, un pouvoir d'action sur le cours de sa maladie. L'individu n'a certainement pas choisi d'être contaminé par une tique (ou n'importe quel autre vecteur de transmission), mais il est toujours en mesure de choisir la manière dont il réagit face à l'infection. De cet état d'esprit surgit le désir de se prendre en charge et de participer activement à son rétablissement. Le malade passe du statut de victime, à celui d'acteur de se guérison. Cette attitude donne un sens à l'épreuve.

 

En diminuant son exposition aux différentes sources de perturbateurs immunitaires et endocriniens, tout en rééquilibrant en profondeur le terrain et les troubles du métabolisme, l'individu peut souvent espérer stopper la dégénérescence, inverser la tendance de la maladie, voire guérir.

 

LE CORPS, UN TRESOR DE GUERISON

 

Le dysfonctionnement cellulaire est le dénominateur commun d'un bon nombre de pathologies chroniques : les cellules sont affamées, perturbées par « l'électro-smog » ambiant et surchargées en toxines (bio toxines, neurotoxines, métaux lourds, pesticides et additifs alimentaires en tout genre). Fort heureusement pour nous, le corps est un trésor de guérison, une usine chimique auto-correctrice douée d'une incroyable résilience et cherchant constamment à recouvrer l'homéostasie générale.

 

Les maladies dégénératives et/ou chroniques peuvent en effet être inversées en activant les processus naturels de régénération. La plupart des cellules d'un corps humain ont moins de deux ans. Votre intestin se renouvelle intégralement tous les 3 jours. Les cellules de la rétine se renouvellent tous les 10 jours. Les cellules de votre foie, votre pancréas, votre rate, vos reins et vos poumons sont intégralement renouvelés entre 1 et 3 ans. Les cellules endothéliales se réparent en permanence. La myéline des nerfs se remplacent entre 7 à 10 ans. Les cellules musculaires de votre corps se remplacent en 15 ans et votre squelette et vos dents sont régénérés tous les 20 ans.

 

Il est possible de réparer la biochimie cellulaire en apportant aux cellules tout ce dont elles ont besoin et en retirant tout ce qui les perturbe. De cette manière, les déficits cellulaires sont comblés, la communication et la signalisation se trouvent améliorer, et les cellules ont enfin de quoi prospérer et guérir. Et cette réparation bio-chimique cellulaire permettra finalement de relancer le fonctionnement optimal des organes.

 

Le cerveau est lui aussi doué d'une incroyable plasticité. « 100 milliards de neurones, 10 000 connexions par neurones, 1 million de milliards de connexions parcourues d'influx électriques à la vitesse vertigineuse de 300 km/heure : l'immense réseau cérébral est le siège de remaniements constants. De nouvelles cellules sont engendrées ; certaines connexions, peu utilisées, ont tendance à disparaître, alors que d'autres, plus sollicitées, se renforcent : des circuits neuronaux sont activés ou désactivés selon les nécessités si une expérience, comme la maladie, laisse une trace dans notre système nerveux, nous ne sommes pas forcément condamnés à retomber dans son sillon. Nos comportements peuvent être rééduqués, notre cerveau peut être remodelé et certains pièges du passé désamorcés  » ("La solution intérieure" de Thierry Janssen, librairie Artherme Fayard).

 

Si votre santé se détériore, c'est certainement parce que des déséquilibres ou des carences empêchent vos organes de se régénérer correctement. Et ces déséquilibres et carences peuvent le plus souvent être corrigés. Prenons l'exemple qui nous intéresse le plus, à savoir celui des syndromes infectieux multi-systémiques. Lorsque l'infection n'est plus active, l'inflammation maitrisée, les émonctoires soulagés et la charge toxique générale nettement diminuée, le corps peut finalement passer en mode réparation, le système nerveux parasympathique est activé, les dommages, déficiences et déséquilibres occasionnés par la maladie sont peu à peu corrigés, et les molécules défaillantes se voient remplacées par de nouvelles molécules correctement formées.

 

Tous ces facteurs convergents doivent impérativement être organisés par un mental confiant et la joie anticipatrice d'un avenir meilleur. Bien sûr, la qualité du sommeil et le niveau d'activité physique sont également d'une importance capitale dans le processus de réparation.

 

EN GUISE DE CONCLUSION

 

Le tableau clinique du malade et son degré de maladie sont donc déterminés par 3 facteurs principaux ; la constitution génétique, les infections en présence (souche de borrelies, espèces de borrelies, co-infections), mais surtout l'environnement direct de la personne. Il faut créer un environnement sain, propice à la guérison, à tous les niveaux de son être : physique, mental et spirituel. En nous entourant, alimentant, vivant, et pensant en fonction de ce qu'attend notre ADN, les prédispositions génétiques peuvent être relayées au second plan et laissez place aux processus d'auto guérison du corps.

 

Je vous invite ainsi à passer en revue tous les facteurs potentiellement en jeu dans votre syndrome infectieux multi-systémiques, tout en gardant à l'esprit qu'ils peuvent être largement traités et corrigés, à l'aide d'une approche intégrative qui agira à tous les niveaux. Une telle approche est coûteuse, longue et prenante. Elle requiert un véritable investissement mais a l'avantage de rééquilibrer le terrain et les troubles du métabolisme en profondeur et donc d'offrir une solution pérenne.

 

LES INFECTIONS FROIDES

  • Les maladies vectorielles à tiques : borrelia, bartonella, babesia, mycoplasme, ehrlichia, rickettsia, rocky mountain spotted fever.

  • Les virus : EBV, cytomegalovirus, coxsackie, chlamydia, HSV (1 et 2), HHV (6, 7 et 8), rétrovirus, coxsackie.

  • Les infections fongiques : candida, levures, moisissures

  • Les parasites:

    • Les vers ronds (nématodes) : Les ascaris, oxyures, trichocéphale, les vers tropicaux (l'anguillule et l'ankylostomeales mutuelles), les vers rares (la trichine, l'anisakis).

    • Les verts plats (cestodes) segmentés : le ténia saginata, le ténia solium, hymenolepis (nana et diminuta), les cestodes rares (dipylidium caninum, echinococcus granulosus, e. multicocularis).

    • Les verts plats non segmentés(les trématodes) : les douves hermaphrodites (dicrocoelium dendriticum, fasciola hepatica, clonorchis sinensis, fasciolopsis buski), les schistosomes (ou bilharzies). 

  • Les infections froides (streptocoques, staphylocoques) enkystées dans la sphère ORL (sinus, muqueuse nasale) – on appelle cela les « Marcon’s »

  • Les infections dentaires asymptomatiques et les cavitations NICO (infections de l’os de la mâchoire) 

  • Les infections asymptomatiques à streptocoques au niveau des amygdales - on appelle cela le PANDA’s (« Pediatric Autoimmune Neuropsychiatric Disorders Associated with Streptococcal infections »)​

 

 

LES POLLUANTS ENVIRONNEMENTAUX

 

Accumulation insidieuse et/ou ancienne de : 

  • Métaux lourds (mercure, aluminium, plomb, arsenic, cadmium, antimoine, argent, baryum, béryllium, bismuth, étain, nickel, platine, thallium)

  • Pesticides (herbicides, fongicides, insecticides)

  • Additifs alimentaires (édulcorant, colorants, émulsifiants, stabilisant, agents gélifiants ou épaississants, conservateurs, exhausteurs de goût, arômes naturels),

  • Perturbateurs endocriniens  

  • Nano particules

  • Moisissures

  • Produits chimiques en tout genre

Les autres « toxines » qui participent ou provoquent la maladie sont : 

 

  • ​La pollution électromagnétique : ondes électromagnétiques de basse et de haute fréquence

  • ​La présence de corps étrangers dans le corps (par exemple couronnes dentaires, implants mammaires, fils tenseurs)​.

 

 

L'ALIMENTATION ET L'ÉTAT DU SYSTÈME DIGESTIF

 

  • La nourriture inflammatoire : la nourriture industrielle, le gluten, les huiles hydrogénées, le sucre raffiné, l’alcool.

  • Les carences nutritives: 

    • Vitamines liposolubles: A D E K

    • Vitamines hydrosolubles : B1 B2 B3 B5 B6 B8 B9 B12 C

    • Minéraux : Sodium, Potassium, Magnésium, Calcium, Molybdène, Fer, Cobalt, Zinc, Phosphore

    • Oligo-éléments : Sélénium, Iode, Fluor, Cuivre, Chrome, Manganèse, SoufreAcides

    • Aminés non essentiels: Arginine Acide aspartique Cystéine Acide glutamique Glutamine Glycine Ornithine Proline Sérine Taurine Tyrosine

    • Acides aminés essentiels: Isoleucine Leucine Lysine Méthionine Phénylalanine Thréonine Tryptophane Valine Histidine

  • Les sensibilités/allergies alimentaires : Les groupes d'aliments généralement impliqués sont les céréales et les produits dérivés (pain, pâtes, pizza, biscuits, etc), les produits laitiers (certains plus que d'autres), les légumes de la famille des solanacées (poivron, piment, aubergine, tomate, pomme de terre), les légumineuses et les œufs (surtout le blanc).

  • Le déséquilibre du microbiote : dysbiose intestinale, levures, candidose chronique, SIBO (pullulation bactérienne dans le grêle), parasites intestinaux, reliés à l’hyposécrétion des liquides digestifs, l’hypochlorhydrie et l’hyperperméabilité intestinale (conséquences et/ou causes).

  • Le déséquilibre acido-basique : le PH doit se situer entre 7.38 et 7.42.

 

 

LES AUTRES FACTEURS À CONSIDÉRER & INVESTIGUER

  • Le stress chronique

  • L’inactivité / le manque d’activité physique ou au contraire le manque de repos et de sommeil 

  • La déshydratation

  • Les problèmes structurels : mauvais alignement de la colonne vertébrale, déplacement de certains os/verterbres, mauvaise posture, etc

  • Les événements traumatiques (physique, psychologique, émotionnel), y compris transgénérationnels 

  • Les prédispositions génétiques 

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site https://www.adam-nour.com ne constituent en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils en hygiène naturelle puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la phytologie et de la naturopathie, et destinées uniquement à communiquer et s’informer sur le mieux-être.

https://www.adam-nour.com s'interdit formellement d’entrer dans une relation de thérapie vis-à-vis des lecteurs.

Les informations issues du présent article ne constituent pas non plus une recommandation personnelle en naturopathie. Chaque remède en phytologie a plusieurs espèces et propriétés, des formes d'usage distinctes, des dosages à calculer et des contrindications à respecter. Chaque conseil devrait être ajusté au cas par cas par un professionnel qui prend en compte le terrain, l’âge, la morphologie, les sensibilités propres, et le traitement médicamenteux du consultant. Toute mise en application des informations citées dans ce cet article ne devra être faite qu’à la discrétion du lecteur et à ses propres risques.  

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

Les images utilisées dans l’article sont de libres de droits. Si par erreur, l'une d'entre elles ne respecte pas les droits d'auteurs, je vous invite à me contacter directement par email afin que je puisse faire le nécessaire.

Les droits de propriété intellectuelle de cet article appartiennent à son auteur. La reproduction de cet article est totalement interdite sans la permission écrite de son propriétaire. 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

SOPHIE'S
COOKING TIPS

#1 

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#2

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#3

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.