DÉTOXER VOTRE HABITAT !

September 28, 2019

 

 

Les personnes atteintes d'un Lyme chronique, d'un trouble auto immunaitre ou d'un trouble inflammatoire chronique possèdent souvent " une charge pathogène élevée composée de plusieurs pathogènes (bactéries, virus, parasites, champignons) et des signes de dysfonctionnement immunitaire, d’inflammation, d’intoxication par des toxines environnementales et/ou des métaux lourds, de troubles de la détoxification, de carences nutritives, d’anomalies hormonales, de troubles du sommeil, de dysfonctionnement mitochondrial, d’allergies et d’hypersensibilités alimentaires et de dégradation de l’état général avec perturbation du système nerveux autonome " (définition donnée par le docteur Richard Horrowitz dans son livre "Why can't I get better?").

 

Devant le tableau multi-infectieux et complexe que présentent les malades, nous parlons désormais de « syndrome infectieux multi systémiques ».

 

Les syndromes infectieux multi-systémiques surviennent généralement en sociétés occidentales et se trouvent être beaucoup plus rares dans les pays sous développés ou en voie de développement.

 

On parle aussi de « maladies émergentes », de « maladies environnementales » ou de « maladies de civilisation ».

 

Les polluants de notre ère (ondes électromagnétiques, métaux lourds, moisissures, toxines, produits chimiques, pesticides, additifs alimentaires, perturbateurs endocriniens, antibiotiques, sucre raffiné, graisses trans, COV, nano particules), fortement immuno-supresseurs, perturbateurs endocriniens et neurotoxiques, couplés au stress chronique imposé par le modèle de nos sociétés modernes sont autant de facteurs potentiellement explicatifs de cet explosion d'infections persistantes et de symptômes multi-systémiques et chroniques.  

 

D'ailleurs, combien de personnes positives à la maladie de Lyme rapportent avoir commencé à ressentir leurs premiers symptômes suite à une exposition aux moisissures, à de la peinture fraîche, à une forme de mercure (notamment à l'occasion de la dépose d'un amalgame dentaire), à l'installation d'un compteur Linky, à une rénovation de leur maison, à un déménagement, à la prise d'un médicament ou à l’administration d'un vaccin, et non suite à une morsure de tique (ou tout autre insecte vecteur de la maladie). Ces personnes étaient jusqu’alors porteurs sains mais le choc immunitaire provoqué par le toxique environnemental a affaissé leur immunité au point d’ouvrir la boite de pandore aux bactéries et autres microbes déjà présents mais jusque là gardés sous contrôle.

 

Il apparait ainsi primordial de mettre en place un changement de vie globale pour éliminer toute source de pollution délétère qui rajoute à la charge toxique globale déjà trop élevée, qui affaisse l'immunité et qui perturbe le système hormonal et neurologique de manière quotidienne. 

 

Ces différentes toxines ne sont peut-être pas alarmantes lorsqu'elles sont considérées isolément, ponctuellement, à faibles doses et sur une personne en santé. En revanche, l'exposition chronique et croisée tout au long de l'année à l'ensemble de ces toxines pose un véritable problème de santé, d'autant plus lorsqu'une personne est particulièrement sensible ou qu'elle combat un syndrome infectieux multi systémique.

 

Il n'y a que très peu d'intérêt pour une personne qui est malade à engager des soins antiseptiques et détoxifiants, si en parrallèle cette personne se réintoxique quotidiennement de par son environnement immédiat. 


Remédier à une maladie environnementale, c'est par définition commencer par éliminer toutes les sources de pollution extérieures afin de se créer un habitat sain, et donc, un environnement propice à la guérison. 

 

Cette vision holistique permettra aux traitements et techniques alternatives et complémentaires d'être plus efficaces, mais surtout, elle optimisera les chances de maintenir la santé de la personne concernée sur le long terme.

 

Voici mes conseils (à adapter au cas par cas en fonction de l'environnement de la personne, de son taux de toxicité, de son degré de motivation et de son budget santé) :  

 

  • Remplacez vos produits ménagers et cosmétiques par des alternatives naturelles, acheté en boutiques de produits naturels ou fait maison.

    • Pour les produits d'entretien ménager : Savon liquide de Marseille + vinaigre blanc + bicarbonate de soude ou quelques gouttes d'huiles essentielles (arbre à thé, citron lavande, menthe, pin...) Ou produits d'entretien labellisés par des écolages (exemples : NF environnement ou Éco-label européen).

    • Gel douche : la meilleure alternative reste le savon d’Alep (il existe une forme liquide).

    • Déodorant : utilisez un déodorant sans aluminium. Personnellement, le déodorant naturel le plus efficace que j'ai trouvé sur le marché est celui de la marque Schmidt's. PS : à noter que les anti transpirants sont encore plus dangereux que les déodorants.

    • Dentifrice : Assurez-vous d’utiliser un dentifrice sans fluor et sans dioxyde de titane, cet additif chimique capable de franchir la barrière hémato-encéphalite.

    • Lessives naturelles, sans parfum et sans phosphate, ou écolabellisées (elles ne contiennent pas de méthylisothiazolinone, de parfums allergisants ni de colorants de synthèse).

    • Teinture capillaire : le "100% sans ammoniaque n'est pas suffisant" car la teinture peut toujours contenir du PPD, résorcinol ou du diamine qui sont neurotoxiques, perturateurs endocriniens et immune suppresseurs. Optez pour du henné 100% pur ou de l'indigo. 

    • Maquillage : le rouge à lèvre contient des métaux lourds (cadmium, aluminium, plomb). Optez pour des lipsticks écolabellisés (à l'instar des Labels Éco et Bio de Cosmebio ou du label Cosmétique biologique Écocert). Concernant le vernis, optez pour des vernis "sans toluène".

 

  • Utilisez un purificateur d’eau afin d'éliminer les toxines, les produits chimiques, le plastique et les microorganismes. Après des dizaines d'heures de recherches, j’ai personnellement opté pour une fontaine de la marque Iona. Cette fontaine de purification d’eau dispose de plusieurs filtres : un premier filtre mécanique à sédiment qui permet de retenir les impuretés les plus grosses, suivi d’un filtre à charbon actif qui va débarrasser le chlore dans l’eau, suivi du membre d’osmose inverse et d’un post filtre qui va aider à la reminéraliser. Le niveau de filtration est optimum : chlore, nitrates, nitrites, bactéries, virus, résidus de médicaments, hormones, métaux lourds, pesticides, coagulants, trihalométhanes, calcaire et minéraux ont des diamètres moléculaires supérieures et ne passent pas à travers la membrane. Le problème est qu’après une telle filtration l’eau est totalement déstructurée. C’est pourquoi l’eau est ensuite restructurée grâce à la technologie de dynamisation basée sur le procédé Bignan-Violet (captage d’énergie à hautes fréquences transférée à l’eau filtrée via un oscillateur et un condensateur à base de cire d’abeille par électrodes d’argent en contact direct et permanent avec l’eau du réservoir). Ainsi, l’eau retrouve ses qualités vivantes, telle une eau de cascade. Enfin, l’eau est en permanence réinformée à l'intérieur du réservoir par un rayon lumineux porteur d'ondes sonores. Une musique sélectionnée et enregistrée est diffusée en boucle. Ces ondes sonores optimisent le taux vibratoire de l'eau augmentant ainsi ses propriétés d'eau vivante. L’eau est ainsi purifiée et redynamisée en moins de 15 minutes par un appareil qui ne nécessite par ailleurs aucuns travaux d’installation, juste d’une prise secteur pour fonctionner. Pour les petits budgets, voici la marque que je recommande.

 

  • Utilisez un filtre à douche et à baignoire pour filtrer le fluor, le chlore, les métaux lourds, les résidus de médicaments et d’antibiotiques et toutes les autres toxines contenues dans l’eau du robinet et absorbés via les pores de votre corps au moment de la douche. 

 

  • Éviter les peintures et vernis toxiques (préférez une peinture A+), les meubles en aggloméré neufs qui diffusent des substances toxiques (préférez les meubles d’occasion), les insecticides (préférez l'huile essentielle d'eucalyptus, de citronnelle ou de basilic), les parfums d'intérieurs (préférez les huiles essentielles en vaporisation ou mieux, par nébulisation, afin de réellement bénéficier des propriétés thérapeutiques de la plante), les bougies (préférez les bougies artificielles rechargeables), les encens et sprays émettant des composés organiques volatiles (COV), substances irritantes, perturbateurs endocriniens, allergènes voire cancérogènes.

 

  • Pour lutter contre un air pollué, le premier conseil consiste à aérer deux fois par jour durant une dizaine de minutes. On conseille dans ce cas de le faire tôt le matin et tard le soir, soit aux horaires où il y a en principe le moins de pollution. Aérer pendant et après avoir fait du ménage, de la cuisine, des travaux ou de la décoration (les matériaux de construction et de décoration tels que les peintures, meubles neufs, moquettes, sont gorgés de produits chimiques et autres molécules néfastes). Laisser les chaussures à la porte d'entrée peut réduire l'entrée de plomb, de poussière et de pesticides dans vos lieux de vie. Pensez à nettoyer chaque années vos aérations. Pour aller plus loin et si votre budget-santé vous le permet, vous pouvez investir dans un purificateur d’air. Les purificateurs d’airs fonctionnent presque tous de la même manière, en recyclant l'air. Ils l'aspirent, le filtrent puis le propulsent "purifié" dans l'habitation. Généralement, on trouve plusieurs filtres les uns à la suite des autres, voire un seul filtre regroupant ces différentes couches (c'est le cas chez Dyson ou Philips). Un pré-filtre récolte généralement les particules les plus épaisses (poils d'animaux, cheveux...). L'air passe ensuite par un filtre au charbon actif, qui bénéficie d'un pouvoir absorbant et retient donc les odeurs, fumées, certains composés organiques et gaz (c'est le même type de filtre que dans les hottes aspirantes de cuisine). Enfin, le filtre normé HEPA (High Efficiency Particulate Air), comme dans les aspirateurs, retient les particules fines, avec un niveau d'efficacité d'épuration qui irait jusqu'à plus de 99,9 % (selon la norme, car cette mesure est réalisée dans des conditions bien spécifiques). Pour les personnes les plus malades, les plus sensibles, et hypersensibles chimiques, les deux marques à privilégier sont Austin Air et IQ Air.

 

  • Réduisez drastiquement votre exposition aux ondes électromagnétiques : la WIFI, le téléphone fixe sans fil, la TV, le téléphone portable, les compteurs intelligents type linky, les alarmes de maison sans fil, le Bluetooth dans la voiture, la femtocell, le lit électrique, les objets connectés, l'utilisation du micro-ondes, les radios-réveil, les ampoules à basse consommation (qui contiennent par ailleurs du mercure), la chaine Hi-fi, le casque sans fil wifi, les baby-phones, les consoles de jeux, les réveils électroniques, la plaque à induction (préférez une plaque en vitro céramique, l’utilisation du four thermique habituel ou mieux un retour au gaz si possible), la brosse à dents électriques. Test à faire pour le micro-onde : pendant le fonctionnement de l’appareil, on passe une feuille de papier aluminium devant la porte du four. L’étanchéité est bonne si aucun grésillement ou étincelle ne se produit.

 

  • Investissez dans une literie de qualité : on y passe 30% de notre temps de vie, alors autant investir pour une bonne literie, matelas de qualité, si possible naturel. J'aime particulièrement les matelas de la marque CASPER qui utilisent des mousses, des textiles et des fibres bénéficiant du label Oeko-Tex 100, la norme de sécurité de l’industrie textile qui garantit leur qualité écologique. La particularité du matelas Casper est la couche de confort supérieure en mousse de latex. La couche de latex est constituée d'un mélange de latex synthétique et naturel. Cette couche apporte une bonne respirabilité, qui limite les risques de transpiration nocturne et permet la diffusion de la chaleur vers la couche de mousse à mémoire de forme Le risque d’humidité et de moisissures est ainsi considéralement réduit. Pensez à éloigner votre lit des sources électriques et des ondes électromagnétiques magnétiques (qui passent à travers les murs, rappelons-le, donc il faut vérifier ce qui se trouve de l'autre côté des murs proches du lit). Le sommeil est crucial pour la guérison. C’est au moment où vous dormez que votre corps se répare, et qu’il est aussi le plus sensible car votre système nerveux passe en mode parasympathique. Le système parasympathique provoque un ralentissement des fonctions physiologiques afin d'économiser l’énergie et de permettre la mise en route de processus réparateurs : les muscles de détendent, le rythme cardiaque ralentit, la respiration se calme, les vaisseaux se dilatent, la peau se réchauffe, l’énergie est utilisée pour réparer des blessures, le corps récupère de ses efforts. Pour les personnes qui sont électro-hyper-sensibiles ou qui désirent simplement aller plus loin, il existe des pyjamas protecteurs des ondes électromagnétiques : https://biopureus.com/product/anti-wave-mens-brief-3-2/ pour les hommes et https://biopureus.com/product/anti-wave-womens-t-shirt/ pour les femmes.

 

  • Optez pour une alimentation saine, brute, issue de l'agriculture biologique, conservée dans un réfrigérateur à la bonne température (la température doit rester entre 0° et 4° C afin de ne pas voir se développer des bactéries et levures indésirables.), dans des boites fermées, ou boites sous vide pour éviter toute prolifération bactérienne. Privilégiez les circuits courts, les produits bios, bruts, frais, saisonniers, locaux ou régionaux, à préparer et transformer vous-même. Au moment de l'achat, optez pour des emballages en papier, en verre, et séléctionnez des produits vendus en vrac. Évitez autant que possible les produits de supermarchés qui contiennent des métaux lourds, des pesticides (herbicides, fongicides, insecticides), des additifs alimentaires (édulcorants, colorants, émulsifiants, stabilisants, agents gélifiants ou épaississants, conservateurs, exhausteurs de goût, arômes naturels), des emballages, du plastique, du sucre raffiné, des graisses trans et des résidus d'antibiotiques.

 

  • Supprimez les ustensiles de cuisson toxiques (poêles et casseroles avec revêtement téflon, casserole en aluminium, poêles en fonte, les ustensiles en cuivre/fer/nickel, le robot mixeur translucide, la bouilloire en plastique, le papier cuisson en aluminium ...), etc. Utilisez plutôt des ustensiles en inox, fonte émaillée, céramique, grès ou acide inoxydable 18/10. Utilisez des récipients en verre ou en céramique. Utilisez du papier cuisson. 

 

  • Surveillez l’humidité de votre maison à l’aide d’un hygromètre et veillez à obtenir un degré d’humidité entre 45 et 65 % et une température ambiante entre 18 et 20°C. Aérez dès qu'il y a de la vapeur d'eau (cuisine, salle de bain, etc). L’humidité favorise la présence d’acariens et de moisissures extrêmement nocives pour la santé. 

 

  • Désinfectez les surfaces contaminées par les moisissures avec de l’eau de javel diluée ou de l’eau oxygénée, muni d'un masque de protection, lunettes fermées, gants, et protection pour les oreilles, afin que les mycotoxines relâchées durant la désinfection ne pénètrent pas votre métabolisme. Pour prévenir les récidives, vous pouvez appliquer du bicarbonate de soude, brossez ensuite, rincez puis séchez les surfaces traitées.  NB : Ne frottez jamais à sec une zone de moisissures au risque d’augmenter fortement la quantité de spores dans l’air et de les disperser.

 

  • Minimiser la quantité de tapis dans votre maison. Les tapis neufs contiennent des solvants, des fongicides et d'autres produits chimiques toxiques pouvant déclencher tout type de problème de santé. Les anciens tapis ont tendance à commencer à se décomposer et abriter divers niveaux de moisissures.  

 

  • Greenpeace a révélé que certains vêtements produits dans des pays sans normes sociales ni environnementales contiennent des substances cancérigènes et perturbatrices du système endocrinien. Optez pour des produits qui ne sont pas préretraités. Choisissez des vêtements qui n'indiquent pas les technologies Gore-Tex, ou mieux encore, qui ont le label Confiance Textile 100 (ou OEKO- TEX Standard 100) qui garantit l'absence de substance nocives. Pensez à toujours laver vos habits neufs. ​​​

 

  • Laisser les fenêtres ouvertes lors de l’acquisition d’une nouvelle voiture pour laisser échapper les COV, “gaz toxique”.

 

Il existe certaines plantes qui ont la capacité d'absorber les substances polluantes en suspension avant de les éliminer naturellement et de les transformer en air purifié. En moyenne, une plante peut dépolluer une pièce de 20 mètres carrées à hauteur de 96% en l'espace de seulement 24 heures. En voici une liste non exhaustive.

 

  • L'Azalée, le caoutchouc et le Rhapis détoxiquent l'ammoniaque présent dans beaucoup de produits d'entretien chimiques ;

 

  • Le Chlorophytum détoxifie le monoxyde de carbone ;

 

  • Le Chrysanthème détoxifie le trichloréthylène présent dans certaines peintures ;

 

  • Le Ficus détoxifie le formaldehyde que l'on retrouve dans la fumée de cigarettes, les émissions de vernis et les désodorisants ;

 

  • Le Lierre terrestre détoxifie le benzène et les solvants ;

 

  • Le Philodendron détoxifie le pentachlorophénol présent dans les produits de traitement du bois ;

 

  • Le Palmier d'Arec est intéressant pour les pièces fraichement peintes car il détoxifie le toluène et le xylène.

 

N'hésitez pas à partager ! 

Disclaimer : L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site https://www.adam-nour.com ne constituent en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils en hygiène naturelle puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la phytologie et de la naturopathie, et destinées uniquement à communiquer et s’informer sur le mieux-être.

https://www.adam-nour.com s'interdit formellement d’entrer dans une relation de thérapie vis-à-vis des lecteurs.

Les informations issues du présent article ne constituent pas non plus une recommandation personnelle en naturopathie. Chaque remède en phytologie a plusieurs espèces et propriétés, des formes d'usage distinctes, des dosages à calculer et des contrindications à respecter. Chaque conseil devrait être ajusté au cas par cas par un professionnel qui prend en compte le terrain, l’âge, la morphologie, les sensibilités propres, et le traitement médicamenteux du consultant. Toute mise en application des informations citées dans ce cet article ne devra être faite qu’à la discrétion du lecteur et à ses propres risques.  

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

Les images utilisées dans l’article sont de libres de droits. Si par erreur, l'une d'entre elles ne respecte pas les droits d'auteurs, je vous invite à me contacter directement par email afin que je puisse faire le nécessaire.

Les droits de propriété intellectuelle de cet article appartiennent à son auteur. La reproduction de cet article est totalement interdite sans la permission écrite de son propriétaire. 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

SOPHIE'S
COOKING TIPS

#1 

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#2

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#3

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.