LES ERREURS À NE PAS COMMETTRE EN CAS DE LYME CHRONIQUE

September 20, 2019

 

 

 

Fort de mon expérience personnelle et professionnelle, j'ai remarqué plusieurs erreurs récurrentes et possiblement responsables de la stagnation de l'état de certaines personnes en proie à un syndrome infectieux multi-systémique, et qui présentent par définition une charge pathogène élevée composée de plusieurs pathogènes (bactéries, virus, parasites, champignons) et des signes de dysfonctionnement immunitaire, d’inflammation, d’intoxication par des toxines environnementales et/ou des métaux lourds, de troubles de la détoxification, de carences nutritives, d’anomalies hormonales, de troubles du sommeil, de dysfonctionnement mitochondrial, d’allergies et d’hypersensibilités alimentaires et de dégradation de l’état général avec perturbation du système nerveux autonome. En voici les principales (cette liste n’est pas exhaustive, et il existe autant de possibilités et de combinaisons de possibilités que de personnes malades) : 

 

  • Partir en guerre contre l'infection bactérienne en misant tout sur les antibiotiques (chimiques ou naturels), et en occultant complètement les coïnfections (parasitaires, virales et fongiques), l’inflammation, la détoxification, les biofilms, l’alimentation, l’environnement physique et psychique, l'équilibre acido-basique, la réparation et le soutient du système digestif, le drainage des émonctoires etc…

 

  • Attendre un résultat rapide et ne pas se conditionner mentalement au long chemin de guérison caractéristique des syndromes infectieux multi-systémiques ;

 

  • Opter pour des antiseptiques très ciblés au lieu de « ratisser large » via des produits dont le spectre d’action antimicrobien est large ;

 

  • Changer constamment de techniques de soin (alterner sans cesse antibiotiques, huiles essentielles, plantes sous forme de préparation traditionnelle, homéopathie, fréquences rife), lesquelles perdent de facto toute efficacité ;

 

  • Trop forcer sur l'aspect "se débarrasser de" (tue et détoxer) et négliger la supplémentation, les soins positifs et réparateurs, le soutient des organes et des systèmes les plus affectés et l’homéostasie à retrouver ;

 

  • Ruminer la colère contre l'infection, les médecins, son entourage ou soi-même et négliger le pragmatisme, la bienveillance à porter à son corps et l’exercice quotidien de la psychologie positive et de la gratitude ;

 

  • Se positionner en tant que victime, s’identifier à la maladie, rester concentrer sur ce qui ne va pas et passer ses journées sur des forums de malades, au lieu d’avoir une démarche proactive, structurée, encadrée par un professionnel compétent, tout en restant focalisé sur les solutions et toutes les opportunités de guérison ;

 

  • Tout attendre du médecin/thérapeute/professionnel bien-être et ne pas vouloir devenir acteur de sa propre santé ;

 

  • Ou au contraire rester isolé et vouloir se soigner seul sans aucune aide extérieure, selon ses ressentis, opinions, et croyances parfois biaisées ou trop subjectives et confuses pour être exactes. Au risque de commettre de grosses erreurs et de perdre beaucoup de temps, laissant aux agents pathogènes le temps de provoquer plus de dommages ;

 

  • Ne pas prendre le temps de la convalescence, ce temps d'isolement et de repos indispensable et inhérent à la guérison ;

 

  • Ou au contraire passer trop de temps sédentaire (il est nécessaire de marcher, respirer, prendre le soleil pour promouvoir la guérison et permettre aux traitements d’être plus efficaces – dans la mesure de chacun) ;

 

  • Abandonner le traitement ou le programme naturopathique trop tôt, se décourager ou tomber dans une attitude défaitiste en raison du manque de résultats rapides ;

 

  • Ou au contraire, diminuer ou stopper les traitements dès que l'on se sent mieux. L'infection peut se désactiver, on peut alors se croire guéri et baisser la garde, mais celle-ci peut se réactiver à la moindre faiblesse immunitaire ;  

 

  • Introduire tout en même temps : on ne peut pas savoir ce qui fonctionne et ce qui provoque des réactions adverses ;

 

  • Vouloir à tout prix reprendre au plus vite "sa vie d'avant", être dans le déni et refuser cet état de fait qu’est le syndrome infectieux multi-systémique ;

 

  • Tout miser sur un seul axe de l’approche globale de soin en excluant le reste : par exemple tout miser sur le soin énergétique ou sur l’alimentation en oubliant tout le reste ;

 

  • Oublier que chaque approche peut avoir son intérêt (allopathique, naturopathique, ayurvédique, médecine traditionnelle chinoise, techniques corporelles, psychologie, soins énergétiques etc), mais conjointement et non de façon sectaire en excluant les autres ;

 

  • Chercher le régime parfait, le remède miracle ou la molécule chimique miracle qui va tout régler en un claquement de doigts ;

 

  • Négliger l’importance de la couche virale (virus de l’herpès et rétrovirus) et des plantes toniques nerveuses en cas de neuro-borrélioses ou de symptômes neurologiques dégénératifs ;

 

  • Ne pas considérer l’importance d’un environnement immédiat sain propice à la guérison (réduction de la pollution électromagnétique, élimination des moisissures, produits cosmétiques et ménagers naturels, eau de qualité etc) ;

 

  • Ne pas déterminer et traiter le ou les facteurs aggravants ayant permis à la borréliose de prendre une telle ampleur dans votre cas : des infections froides orl enkystées (sinus, muqueuse nasale), une intoxication ancienne et insidieuse (métaux ourds,pesticides, herbicides, agglomérés de bois, mélamines, solvants, encre, peintures etc), une charge chimique importante à travers des médicaments pris pour d’autres problèmes de santé, des allergies non détectées, des déséquilibres hormonaux induits par la prise de contraceptifs, la présence d’une antenne-relais à proximité du domicile, des infections dentaires asymptomatiques, des infections asymptomatiques au niveau des amygdales, des cavitations NICO, la présence de corps étrangers (composants de certaines couronnes dentaires ou une fuite d’implants mammaires) responsables d’allergies, d’inflammation et de réactions auto-immunitaires, ou encore d’importants troubles digestifs (sibo, hyperperméabilité intestinale, dysbiose intestinale, hypochlorhydrie, parasites intestinaux).

 

L'ensemble des informations, opinions, suggestions et conseils diffusés sur le site https://www.adam-nour.comne constituent en aucun cas un diagnostic, un traitement médical ou une incitation à quitter la médecine conventionnelle. Il ne s’agit que d’un partage d’informations et de conseils en hygiène naturelle puisés dans la littérature historique et traditionnelle de la phytologie et de la naturopathie, et destinées uniquement à communiquer et s’informer sur le mieux-être.

https://www.adam-nour.coms'interdit formellement d’entrer dans une relation de thérapie vis-à-vis des lecteurs.

Les informations issues du présent article ne constituent pas non plus une recommandation personnelle en naturopathie. Chaque remède en phytologie a plusieurs espèces et propriétés, des formes d'usage distinctes, des dosages à calculer et des contrindications à respecter. Chaque conseil devrait être ajusté au cas par cas par un professionnel qui prend en compte le terrain, l’âge, la morphologie, les sensibilités propres, et le traitement médicamenteux du consultant. Toute mise en application des informations citées dans ce cet article ne devra être faite qu’à la discrétion du lecteur et à ses propres risques.  

En utilisant ce site, vous reconnaissez avoir pris connaissance de l’avis de désengagement de responsabilité et vous consentez à ses modalités. Si vous n’y consentez pas, vous n’êtes pas autorisé à utiliser ce site.

Les images utilisées dans l’article sont de libres de droits. Si par erreur, l'une d'entre elles ne respecte pas les droits d'auteurs, je vous invite à me contacter directement par email afin que je puisse faire le nécessaire.

Les droits de propriété intellectuelle de cet article appartiennent à son auteur. La reproduction de cet article est totalement interdite sans la permission écrite de son propriétaire. 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

SOPHIE'S
COOKING TIPS

#1 

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#2

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.

 

#3

I'm a paragraph. Click here to add your own text and edit me.